• Portada
  • >
  • Textos
  • >
  • Venerabilis Opus - Las Lámparas Perpetuas
  • Venerabilis Opus
    Las Lámparas Perpetuas

    Lampes perpétuellesLes Lampes Perpétuelles

     

    Par les éditeurs de Venerabilis Opus

     

    Une des pratiques courantes dans l’Antiquité, chez les Égyptiens, les Grecs et les Romains, était d’enfermer des lampes allumées dans leurs sépulcres en offrande au Dieu des Morts. La coutume voulait que les morts puissent utiliser cette lumière pour se diriger dans la Vallée des Ombres. Certaines de ces lampes étaient insérées dans des vaisseaux de verre pour en protéger la flamme. Selon plusieurs sources différentes, des dizaines de telles lampes auraient été retrouvées avec leur huile originale intacte, certaines même après 2000 ans.

    Mais ce qui est plus étonnant, c’est que parmi ces lampes, certaines brûlaient encore lorsque les voûtes ont été ouvertes, et ce, des siècles après leur confection. Des lampes « perpétuelles » ont été retrouvées dans différentes parties du monde, non seulement autour de la Méditerranée, mais aussi en Inde, au Tibet, en Chine, et en Amérique du Sud.

    Plusieurs autorités en la matière ont fait référence à ces lampes, dont H.P. Blavatsky qui affirme que ni plus ni moins de 173 auteurs ont parlé de la possibilité d’une recette, connue des anciens prêtres-chimistes, d’un combustible qui pourrait brûler des centaines d’années. La possibilité de préparer un combustible qui se renouvelle aussitôt qu’il se consume fut une importante source de controverse durant le Moyen Âge. Le fait que certains auteurs aient été jusqu’à dire que ces lampes pouvaient brûler indéfiniment amena l’Église à les classer comme des œuvres du Diable. Le Jésuite Athanasius Kircher écrit dans son Œdipus Aegyptiacus : « Plusieurs de ces lampes perpétuelles ont prouvé être l’œuvre des démons, et je considère de même toutes les lampes trouvées dans les tombes des nobles dédiées à l’adoration de certains dieux, non pas parce qu’elles brûlent d’une flamme éternelle, mais parce que c’est probablement le diable qui les a mises là, avec l’intention malicieuse d’attirer de nouveaux croyants vers un faux culte. »

    Il existe une liste imposante d’histoires intéressantes concernant la découverte des lampes perpétuelles dans les différentes parties du monde. En voici quelques exemples…

    Sur la voie Appienne, qui se rendait à Rome, on a trouvé une lampe allumée dans une voûte hermétiquement fermée depuis 1600 ans. Selon les dires, le corps d’une jeune fille aurait été trouvé flottant dans un étrange liquide transparent, la préservant comme si la mort avait eu lieu seulement quelques heures auparavant. À l’intérieur de la voûte, il y avait plusieurs objets intéressants, parmi lesquels de nombreuses lampes, dont une encore allumée. Ceux qui sont entrés dans le sépulcre affirment que la lampe se serait éteinte au moment où ils ont ouvert la porte et qu’ils ne réussirent jamais à la rallumer. L’historien Montfaucon rapporte que le sépulcre était reconnu être celui de Tulliola, la fille de Cicéron (Empereur romain, 106-43 av. J.-C.).

    Plutarque (écrivain et Initié grec, 1er s. apr. J.-C.) parla d’une lampe qui brûlait au-dessus de la porte du temple de Jupiter Ammon; les prêtres lui déclarèrent qu’elle brûlait sans combustible depuis des siècles.

    Saint Augustin (un des Pères de l’Église Chrétienne authentique, 354-430 apr. J.-C.) a décrit une lampe perpétuelle, gardée dans le temple consacré à Vénus en Égypte, que ni le vent ni l’eau ne pouvait éteindre. Il croyait que c’était l’œuvre du Dæmon.

    Une lampe a été trouvée à Odessa (Antioche) durant le règne de l’Empereur Justinien. Elle était placée dans une corniche au-dessus des portes de la ville. Il a été prouvé qu’elle brûlait depuis plus de 500 ans. Des soldats l’auraient détruite.

    Une lampe appelée « Lanterne de Pallas » a été découverte à Rome en 1401 apr. J.-C. Elle a été trouvée dans le sépulcre de Pallas, fils d’Évandre, immortalisé par Virgile dans l’Éneïde. La lampe avait été placée près de la tête du corps et brûlait de façon ininterrompue depuis plus de 2000 ans.

    Pausanias (historien grecque, 2e s. apr. J.-C.) a décrit une merveilleuse lampe en or, dans le temple de Minerve, qui pouvait brûler pendant une année entière sans besoin de nouveau combustible. La cérémonie du remplissage avait lieu une fois l’an; les prêtres s’en servaient pour mesurer le temps.

    En Angleterre, une curieuse tombe a été retrouvée, dans laquelle les Rose-Croix affirment qu’il y avait un automate qui était actionné si un intrus marchait sur certaines dalles du plancher. Un paysan, en entrant, aurait trouvé cette tombe complètement illuminée par une lampe accrochée au plafond. En marchant sur le plancher, il aurait déclenché le mécanisme et ainsi mit en mouvement l’automate qui était assis et qui portait une imposante armure. Mécaniquement, il se leva et avec un bâton en fer il frappa la lampe, la détruisant, afin que personne ne puisse en découvrir le fonctionnement. Personne ne sait depuis combien de temps cette lampe brûlait, mais selon l’état du sépulcre, il semble qu’elle aurait pu y être depuis de nombreuses années.

    On raconte aussi qu’à l’intérieur de nombreux Temples situés à Memphis, en Égypte, et de Temples brahmaniques, en Inde, des lampes allumées ont été trouvées dans des chambres scellées, mais que l’exposition à l’air les auraient soudainement éteintes.

    H. P. Blavatsky donne, dans son livre Isis Dévoilée, une recette pour confectionner le combustible et la mèche des dites lampes. Le combustible est fait à base de souffre et la mèche d’amiante, connu des anciens Alchimistes sous le nom de « Lapis asbestos ».

    .


    Venerabilis Opus recomienda

    Venerabilis Opus es una fuente gratuita de Conocimiento gracias a un trabajo voluntario. Apoya a esta Obra para que siga creciendo, y que llegue a aquellos y aquellas que no le tienen acceso ¡Gracias!