• Accueil
  • >
  • Textes
  • >
  • Archéologie - À quel endroit se trouvait l'Atlantide
  • Archéologie
    À quel endroit se trouvait l'Atlantide

    Où était l'île de l'Atlantide ? À quel endroit se trouvait-elle, si jamais l'Atlantide a été une île ? Nous pouvons également nous questionner si l'Atlantide n'avait jamais existé ailleurs que dans la tête de Platon, qui aurait pu se servir de ces dialogues pour décrire à ces élèves un état idéal. Cette dernière option est cependant contredite par des affirmations du médium-voyant américain Cayce, qui décrit à multiples reprises lors de ces lectures une société techniquement en avance, mais en déclin au niveau moral. C'est justement Cayce qui situerait, ou plutôt ceux qui ont la tâche d'interpréter ses lectures, l'île d'Atlantide au nord de Cuba et à l'est de Floride, en d'autres mots la zone du grand banc des Bahamas, dont certains anciens vestiges ont été découverts près des îles Bimini en 1968.

     

    C'est entre autres en 2004 qu'un scientifique de l'université de Wuppertal pense avoir découvert une ville, ou des restes d'une ville, en Espagne, dans le golfe de Cadix, sur la côte de l'Andalousie. Les photos satellite, publiées par la NASA, montrent en effet quelques structures appartenant à une ville détruite entre 800 et 500 ans avant Jésus Christ. Mais il ne me semble pas qu'ici il pourrait être question de Poséidon, la ville principale de l'Atlantide, parce que ni l'emplacement ni la période de sa destruction ne correspondent. Puis il faut prendre en considération le fait que l'Espagne n'est pas une île. Ce n'est cependant pas exclu qu'il y ait eu une ville à cet endroit, qui était en plus contrôlé par un des rois d'Atlantide. C'est un fait que Platon avait fait mention que la partie du pays dont le premier roi s'appelait Eumélos, frère jumeau d'Atlas, avait le contrôle de l'extrémité de l'île du côté des colonnes d'Héraclès, jusqu'à la région qu'on appelle aujourd'hui Gadirique (Cadix).

    Elle était nulle part, Platon l'a employé pour illustrer ses dialogues.

    Il y a, parmi les endroits où l'Atlantide aurait pu exister également, l'éventualité que l'Atlantide n'ait en réalité jamais existé. Cette prétention en fait est souvent avancée par beaucoup de scientifiques, qui déclarent, que Platon avait inventé l'histoire de l'Atlantide pour décrire à ces élèves et indirectement aux Athéniens, un état idéal. Nous pouvons par contre nous demander pourquoi il avait introduit autant de détails, s'il avait seulement voulu décrire un état idéal. Ces détails auraient été insignifiants si ses dialogues lui servaient uniquement comme illustration. Et dans le cas où Platon aurait voulu décrire un état idéal hypothétique, il n'aurait certainement pas insisté sur le fait que l'histoire était une histoire vraie. Les affirmations du médium-voyant américain Cayce concernant l'île d'Atlantide contredisent, eux aussi, la prétention que Platon avait seulement décrit dans ses dialogues un état idéal hypothétique.

    C'était l'île de Thera, qui a été détruite il y a 3500 ans.

    L'île de Thera, qui se trouve aujourd'hui 120 km au nord de l'île de Crête, à mi-chemin entre la Turquie et la Grèce, est ce qui reste d'une catastrophe survenue 1500 ans avant Jésus Christ. Elle était une île volcanique, ou plutôt un grand volcan, qui avait, comme le Vésuve, tendance à avoir des éruptions explosives. C'était donc 1500 ans avant Jésus Christ que le bouchon du volcan, n'avait pas pu sauter et c'est le volcan, et toute l'île avec lui, qui avait entièrement sauté.

    Beaucoup de scientifiques sont d'avis que les dialogues de Platon concernant l'Atlantide ont pour origine cette explosion volcanique. Ils parviennent à le prouver en divisant toutes les chiffres avancés par Platon suivant besoin par dix, cent ou mille. Mais cette solution est un peu tirée par les cheveux, car même divisée par dix, la plaine restera quand même de 23 km sur 35 km, ce qui est largement supérieur à la taille de l'île. Nous pouvons d'ailleurs nous demander où ils comptent caser 126 000 hommes de l'armée sur une île aussi petite. Un autre fait qui ne tient pas la route, c'est celui que la plaine aurait dû être entourés de montagnes, qui la protègent des vents froids venant du nord. Puis le fait, que l'île devrait se trouver en face des colonnes d'Héraclès, ne correspond pas non plus.

     

    Elle-était là où se trouve maintenant l'archipel Indonésien.

    Il y a un bon nombre de scientifiques qui trouvent que la partie engloutie, comme l'image le montre, depuis la fin de l'ère glaciaire de l'archipel Indonésien serait un bon candidat pour avoir hébergé l'Atlantide. Si nous examinons la zone, nous pouvons constater que l'archipel Indonésien est en fait formé par les parties les plus élevées d'un continent, qui a été englouti depuis la fonte des glaces de l'ère glaciaire. La zone est donc effectivement assez grande pour avoir hébergé l'Atlantide, d'autant plus qu'il y avait eu et qu'il y a toujours, une activité volcanique. C'est aussi certain qu'il y a eu et qu'il y a toujours, des sources d'eau chaude et froide dans cette région. Ce qui est contre la thèse de l'Atlantide dans la zone de l'archipel Indonésien, c'est que cette zone s'est visiblement fait immerger lentement par la fonte des glaces et non pas par une décente brutale. D'autant plus que cette zone, une fois émergée, n'est pas une île et qu'il n'y a aucun détroit pouvant faire quelque part office de colonnes d'Héraclès. Nous pouvons d'ailleurs douter que, soit Platon, soit les prêtres égyptiens, aient pu confondre l'océan Atlantique avec l'océan Indien. Car il faut être scientifique d'aujourd'hui pour leur attribuer de telles stupidités. Surtout que les égyptiens avaient déjà une très bonne connaissance de la Terre et n'auraient certainement pas fait cette erreur. C'est par contre fort probable et même certain, que cette zone hébergeait jadis, au temps de l'existence de l'Atlantide, une société, ou voire même un empire.

    Elle-était au-dessous des glaces de l'actuel continent de l'Antarctique.

    L'Antarctique est également mentionné parmi les endroits où l'Atlantide aurait dû se trouver. Par contre, le fait que l'Antarctique était couvert par une épaisse couche de glace pendant au moins cent mille ans, exclut la possibilité de localiser l'Atlantide à cet endroit.

    Elle-était quelque part sur la plaque celtique.

    Les îles Britanniques et l'Irlande font partie de la plaque celtique, qui formait avec les parties aujourd'hui immergées, dix mille ans avant Jésus Christ un seul et vaste pays. Cette zone est fréquemment mentionnée comme endroit potentiel de localisation de l'Atlantide. Par contre, cette plaque, où ce pays se trouvait jadis, se trouvait dans une zone climatique plutôt froide, c'est à dire avec un climat qui devait plutôt ressembler à la Sibérie d'aujourd'hui. Nous pouvons donc douter, que ce climat aurait pu être assez bon pour permettre deux récoltes par année. En plus, cette zone ne se trouve nullement en face des colonnes d'Héraclès.

    Elle-était dans la zone de Madère.

    Il y a dans la zone au nord de l'île de Madère, 700 km à l'ouest de Gibraltar, un certain nombre de bancs et îles, qui font partie de la dorsale Açores-Gibraltar, qui auraient pu être l'île de l'Atlantide, ou en tous cas une partie de l'Atlantide. Ces îles et bancs se trouvent effectivement en face des colonnes d'Héraclès. Il est par contre moins sûr, qu'il s'agisse ici d'îles qui auraient été brutalement immergées dans les flots. La zone, c'est à dire cette dorsale, mesure 200 km de large sur 600 km de long et aurait effectivement pu héberger l'île de l'Atlantide avec sa ville principale Poséidon. Ce qui manque cependant dans cette zone c'est une chaîne de montagnes au nord susceptible d'avoir protégé une plaine au sud de cette dite chaîne. Même s'il est peu probable qu'il s'agisse ici de l'Atlantide, cette zone faisait certainement partie de leur empire. Il est moins probable que cette dorsale aurait pu s'affaisser brutalement de plusieurs milliers de mètres si près de la côte, sans que des zones de rupture soient apparues dans le voisinage de la dorsale. Il y a en fait seulement celle de la plaque Eurasienne qui passe à proximité de cette zone et pour le reste, le fond de l'océan ne montre pas d'autres signes d'affaissement, ou de profondeurs anormales.

    Elle-était dans la zone des îles des Bahamas.

    C'est à une centaine de kilomètres au sud-est de la côte de Floride, jusqu'à une centaine de kilomètres au nord de Cuba que nous trouvons ce qu'on appelle “Grand banc des Bahamas”. C'est sur ce banc que certains scientifiques veulent avoir trouvé l'île de l'Atlantide. Ce banc mesure à peu près 550 km de long sur 250 km de large et la mer n'est pas très profonde à cet endroit. C'est en effet ici que le médium-voyant américain Cayce avait également situé l'Atlantide, c'est en tout cas ce que croient certains de ses adeptes, qui ont comme charge d' interpréter les dites lectures. Cette croyance est encore renforcée par le fait qu'on avait découvert en 1968, conformément aux prédictions de Cayce, des ruines à coté des îles Bimini. Ce qui plaide contre l'hypothèse qu'il pourrait s'agir de l'Atlantide, est le fait que ce banc est à peine assez grand pour héberger la plaine de la ville de Poséidon, laissant guère la place pour ces montages au nord ( d'ailleurs pas du tout visibles ) censées protéger cette plaine contre les vents froids du nord. Nous ne devrions pas non plus oublier que Platon n'avait décrit, d'après ces déclarations, qu'une des dix parties de l'Atlantide et que ces dernières devraient trouver également leur place quelque part. Le grand banc des Bahamas est peut-être juste assez grand pour avoir hébergé cette fameuse plaine de la ville Poséidon, mais il ne sera jamais assez grand pour héberger à la fois la plaine, les montagnes et le restant des neuf autres états dont l'Atlantide était composée. Nous ne pouvons, vu les faits mentionnés précédemment, non plus prétendre que ce banc se trouve droit devant les colonnes d'Héraclès. Il est pratiquement sûr, que le banc des Bahamas formait jadis une grande île qui était certainement sous le contrôle d'un des rois de l'Atlantide, tout comme l'un d'entre eux contrôlait jadis la zone allant depuis l'extrémité de l'île de l'Atlantide jusqu'à la région de Cadix de la côte Andalousienne de l'Espagne.

    Elle-était là, où elle est toujours, sur la dorsale Médio-Atlantique.

    Si nous examinons le profil du plancher de l'océan Atlantique, nous pouvons clairement distinguer une grande île, ou même un petit continent, sis dans le coin formé par la faille de jonction des plaques tectoniques américaine et eurasienne d'une part et la faille de jonction des plaques tectoniques africaine et eurasienne d'autre part. Cette île, voire ce petit continent, se situe à mi-chemin entre la côte espagnole et la côte américaine, dans la zone des îles d'Açores, qui ne sont d'ailleurs rien d'autre que les sommets d'une chaîne de montagnes sous-marine. Ce sont peut-être de ces îles là dont Platon avait parlé, quand il disait qu'il ne restait rien de l'Atlantide que de la roche nue et des îles, là où il y avait jadis des montagnes, comme les os d'un corps lavés par la pluie et léchés par le vent. C'est un fait que les plaques tectoniques, Nord-Américaine, Sud-Américaine, Eurasienne et Africaine, se rejoignent au centre de l'océan Atlantique. Ce centre se présente comme une sorte de cuvette, avec des zones à grande profondeur. C'est surtout du côté des Bermudes, ou plutôt de la zone que nous appelons le triangle des Bermudes, que l'océan Atlantique montre une grande profondeur. Il se prête à croire que le plancher de l'océan Atlantique du nord a été abaissé depuis la ligne Irlande - Terre Neuve jusqu'à la ligne Libéria - Guyane française. De toute vraisemblance il est probable que, dans le cas d'une catastrophe majeure, ce plancher de l'océan Atlantique a été abaissé de plusieurs milliers de mètres. C'est en faisant l'opération inverse que nous pouvons voir apparaître une très grande île à la place où se trouvent actuellement les îles d'Açores. Si nous élevons le plancher de l'océan Atlantique du nord au même niveau moyen que celui de l'Atlantique sud et celui de l'océan Pacifique, nous obtenons une île de forme trapézoïde, voire presque rectangulaire, de 1 400 sur 3 000 kilomètres. Cette île n'aurait pas seulement de la place pour une plaine, d'une taille comme Platon nous avait indiqué, au sud, mais elle aurait également pu être entourée de montagnes au nord, la protégeant des vents froids venant du nord. Une autre observation que nous pourrons faire est le fait que cette île se trouverait effectivement en face des colonnes d'Héraclès. Depuis cette île, nous aurions effectivement pu naviguer jusqu'à ce continent qui couvre l'océan entier du nord au sud. Juste pour donner une idée de la taille de cette île, elle pouvait couvrir l'Europe du sud de l'Italie jusqu'au nord de la Suède et puis en largeur de la côte Atlantique de la France jusqu'à la Slovaquie. La superficie de cette île donc aurait été le double de celle de l'Europe des quinze.

    Parmi tous les endroits décrits ci-dessus, il y a seulement le dernier, qui aurait pu héberger l'Atlantide, car cet endroit contient tout ce que Platon disait que nous devrions y trouver. Il y a même des sources d'eau chaude qui continuent de couler jusqu'à ce jour, sauf qu'elles coulent maintenant au fond de l'océan Atlantique. Il parait même qu'une pyramide grande comme un bâtiment de onze étages aurait été trouvée au beau milieu de l'océan Atlantique, mais sans qu'aucune autre précision, ou endroit exact soit disponible. En ce qui concerne la zone de l'île de Madère et la zone du grand banc des Bahamas, elles ont été certainement l'équivalent de ce que nous appelons ici en France les départements outre-mer. Tout prête à croire que les royaumes de l'Atlantide contrôlaient une grande partie de la Terre, tout comme l'Angleterre le faisait au 19me siècle. Il y a d'ailleurs un récit très intéressant en provenance de l'Inde ancienne, qui fait allusion à une guerre digne d'une guerre du 21ème siècle, que l'empire Rama aurait eue avec les gens de l'Atlantide , armes atomiques comprises ! Cette guerre aurait dû, selon ces récits, se dérouler entre 10 000 et 15 000 ans en arrière. En cherchant bien, nous risquons de tomber sur des surprises laissant coi les croyances scientifiques contemporaines.

    Nous trouvons à la page suivante une image de synthèse, ou le plancher océanique a été ramené au même niveau, c'est à dire à la même profondeur moyenne, que tous les autres océans. Nous voyons donc apparaître une île au beau milieu de l'océan Atlantique.

    L'Atlantique Nord avec l'Atlantide.

    Ce qui est curieux à observer, c'est que le profil de l'île est le négatif du profil du reste de la plaque continentale Eurasienne. On y voit tout, jusqu'à la bosse de l'Afrique. Puis rappelons nous que cette image est une image de synthèse, basée sur des données réelles, et qu'aucun arrangement n'a été fait pour obtenir ce résultat.

    La seule différence avec une éventuelle réalité, c'est que dans cette image les pôles n'ont pas été placés à leurs endroits présumés. Puis l'adaptation climatique correspondant à l'époque glaciaire n'a pas été fait non plus. L'image précédente ne sert que d'illustration pour se donner une idée où l'Atlantide aurait dû se trouver dans le contexte actuel.

    À l'époque glaciaire, l'Atlantide se trouvait certainement dix-sept dégrés plus au nord. Et puis la partie nord de l'île aurait dû être assez froide et aurait dû avoir un climat correspondant au climat des pays nordiques actuels. Contrairement à la partie sud, qui aurait dû être d'un climat assez exceptionnel, tempéré et sec l'été, puis frais et humide l'hiver.

     

    http://fr.was-this-atlantis.info/quel-endroit.html

    .


    Venerabilis Opus recommande

    Venerabilis Opus est une source de Connaissance gratuite grâce à un travail bénévole. Soutenez cette œuvre afin qu’elle continue de croître et qu’elle parvienne à ceux et celles qui n’y ont pas accès. Merci !