• Accueil
  • >
  • Textes
  • >
  • Narada - Bhakti Sutras
  • Narada
    Bhakti Sutras

    Bhakti Sutras - NaradaSÛTRAS DE L’AMOUR DIVIN (BHAKTI)

    Par Nârada

     

    Nârada (Sanskrit: नारद, nārada) est un personnage récurrent dans la mythologie hindoue, où il apparaît à la fois comme l'archétype du sage (rishi) et comme le messager et le compagnon des dieux (deva). Nârada est aussi l'inventeur de la vînâ, le premier instrument à cordes. On le représente souvent volant dans les airs, une vînâ à la main, entonnant des chants à la gloire de Vishnou.

    Selon le Mahâbhârata (I, 66, 44), il est fils de Kashyapa et de l'une des filles de Daksha. Selon la Brahmavaivarta Purâna (I, 22, 2), il est l'un des dix Prajâpati parmi les fils de Brahmā et son nom signifie donneur (da) de conseils (nara).

    Plusieurs ouvrages sont attribués à Nârada (ou à ses homonymes), parmi lesquels la Nârada Parivrâjaka Upaniad (l'une des Upanishad majeures), la Nârada Purâna (l'une des grandes Purāṇa), le Nârada Bhakti Sutra (traité de bhakti), le Nârada Dharma Shâstra (résumé du Mânava Dharma Shâstra), le Nârada Shilpa Shâstra (traité d'architecture) et le Sangîtamakaranda (traité de musicologie). Source : Wikipedia.

     

    BHAKTI SÛTRAS (Extrait)

    Voici la voie de bhakti, la voie de la piété, de l’amour de Dieu. Le bhakti, c’est l’amour intense pour Dieu, c’est le nectar de l’immortalité, la conscience de notre nature éternelle. Ceux qui sont parvenus à cette amour suprême sont parfaits, immortels, accomplis ; ils ont franchi le désir, la douleur, la haine, la gaieté, l’égoïsme. Baignés dans l’amour divin, ils connaissent la joie profonde, le silence intérieur et la réalisation du Soi.

    Le bhakti n’est pas du ressort du désir égoïste, mais du renoncement au désir ; ce renoncement est manifesté en consacrant à Dieu ses activités séculières et religieuses, en se dévouant profondément et totalement à lui, et en abandonnant tout ce qui éloigne de lui. Ainsi abandonne tout ce qui s’oppose au Seigneur et accomplis plutôt les actes profanes et sacrés qui favorisent la piété. Observe les prescriptions des Écritures même après le progrès spirituel : sinon, tu risques de perdre tout ce que tu as accompli. [...]

    L’amour de Dieu s’exprime en différentes formes : selon le disciple de Parasara, le bhakti c’est la ferveur dans l’adoration ; selon le sage Garga, c’est chanter les louanges de la gloire et la splendeur divines ; et selon le sage Sandilya, le bhakti se trouve dans la jouissance du Soi véritable. Mais le sage Nârada pense que la consécration totale de toutes ses actions au service de Dieu constitue le bhakti, et le chagrin profond si Dieu est oublié.

    Les sages anciens enseignèrent les façons d’encourager le bhakti. L’amour de Dieu se réalise par le renoncement des objets des sens, le détachement du monde, l’adoration incessante du Seigneur, l’écoute et la récitation des splendeurs du Seigneur, même dans la vie de tous les jours : mais les voies les plus sûres sont la grâce des Saints qui ont réalisés l’amour divin, et le don, aussi infime qu’il soit, de la grâce divine elle-même. La connaissance des Saints s’avère difficile, mais lorsqu’on les atteint, leur regard est profond et toujours efficace. C’est la grâce divine qui permet de connaître ces Grands Âmes. Entre Dieu et son vrai dévot, il n’y a point de distinction : cultive donc l’amour de Dieu, l’amour de Dieu seul.

    L’amour de Dieu est un, mais multiples sont ses formes : la glorification des qualités et attributs divins, l’exaltation de sa beauté, l’adoration, la constante souvenance, le service par amour, l’amour tel celui d’un ami, d’un enfant, d’une épouse, l’abandon à la volonté divine, l’immersion absolue en lui, l’angoisse d’être séparé de lui.

    Quel est celui qui traverse le monde des illusions ? Celui qui a renoncé aux attaches au désir ; celui qui cherche les Grands Âmes et se met à leur service ; celui qui a renoncé même à son ego, qui désire se retirer du monde et extirpe les liens à ce monde ; celui qui surpasse les trois qualités essentielles des phénomènes (les guna) et qui quitte ses sécurités fondées sur les seules possessions ; celui lui qui renonce aux fruits de ses actions, consacrant ses activités à Dieu, se libérant ainsi du dualisme, renonçant même aux injonctions des Védas afin de se livrer entièrement et perpétuellement à l’amour de Dieu ; c’est lui qui traverse le monde des illusions, l’océan du samsâra ; et c’est lui qui en conduit d’autres avec lui.

    Les mots ne peuvent exprimer la nature essentielle de l’amour divin ; il ressemble au plaisir d’une caresse pour un muet, cet amour qui se manifeste à ceux qui en sont dignes. Cet amour surpasse tout ce qui peut être écrit ; au-delà du désir, il s’agrandit sans cesse, il est plus subtil que le subtil ; on ne peut le connaître qu’en l’expérimentant. Le dévot qui s’en réjouit ne perçoit rien, ne voit rien, n’évoque rien, ne pense à rien, sauf à son Dieu seul. [...]

    Cherche avec patience la libération de la douleur, du plaisir, du désir, et du gain ; ne gaspille pas même la moitié d’un instant, mais cultive la non-violence, la vérité, la pureté, la compassion, la foi dans le Seigneur et la vie spirituelle. Le Seigneur et lui seul devrait être adoré, en tout temps, en chaque geste, sans hésitation.

    Dieu se révélera sûrement à ceux qui l’invoquent ; il remplira de sa présence divine ceux qui lui sont passionnés. Seul l’amour de Dieu est la plus haute vérité : jadis, maintenant et à jamais.

    Ainsi enseignent tous les maîtres du bhakti, la voie de l’amour divin. Celui qui accepte cet enseignement sublime de Nârada et le met en pratique, celui-là sera certainement comblé de l’amour de Dieu, et il trouvera et atteindra le Seigneur Bien-Aimé.

     

    www.VenerabilisOpus.org

     

     

     

    .


    Venerabilis Opus recommande

    Venerabilis Opus est une source de Connaissance gratuite grâce à un travail bénévole. Soutenez cette œuvre afin qu’elle continue de croître et qu’elle parvienne à ceux et celles qui n’y ont pas accès. Merci !